Swipe Up

9 avril 2019

Road trip
Mon premier Road trip : 17 ans

Camper. Petite je partais en camping avec mes parents. J’en ai de merveilleux souvenirs. La pêche avec papa, les balades en vélo, les tours de bouée derrière le bateau, les barbeuc et les adultes à la pétanque. On allait quasiment toujours au même et c’était top. Et puis la vie fait dérouler les années et les évènements, y’a plus de papa maman, maintenant c’est papa ET maman. De toute façon je vieillis et j’ai plus envie de passer mes vacances avec eux.


Une succession de rencontre me fait découvrir des gens qui ont le même goût du camping que moi mais d’une façon assez différente. Me voilà à l’arrière d’une voiture, direction l’inconnu avec le stricte minimum. Mon premier Road trip : 17 ans. Pas besoin d’aller loin pour découvrir des choses magnifiques. Y’a pas à chier la France c’est vraiment beau et comme premier pays à visiter ça envoie du pâté. Avant de partir chercher le dépaysement à des km il suffit de regarder autour de soi. 

J’ai l’âme d’une exploratrice

Depuis c’est devenu mon échappatoire et si j’y pense vraiment : ma raison de vivre. Découvrir le monde. Je suis curieuse de voir, sentir et toucher. Et oui je suis une conquérante…Mais une conquérante inoffensive à but personnel.J’essaie le plus souvent possible de partir. Pas forcement loin et longtemps, mais juste le temps de me remplir d’énergie. J’en profite pour immortaliser ce ceux je vois, ce que je ressens, avec mes petits argentiques.

Quand je reste trop longtemps à Paris j’ai l’impression d’être dans un jeu vidéo et de perdre des vies. J’ai grandi à la campagne. Mes parents avaient des moutons et un poulailler et pendant un bon moment j’ai voulu fuir tout ça. Ah oui quand on a 15ans on a envie de découvrir les «  plaisirs »  de la ville. J’ai même trouvé la campagne et la nature « ringarde ».

Malheur à moi. Personne ne m’a guidé à ce moment là. C’est mon corps qui m’a rappelé à la raison. C’est lui qui décide. On a beau vouloir le contrôler et avoir la prétention de le diriger, il a le dernier mot. Et bien souvent l’inconscient comprend assez tôt ce que le corps nous montre trop tard. Bam ma santé m’a dit : «  Salut meuf, tu voudrais bien arrêter de faire n’importe quoi et on retourne à la campagne steuplait ? Ah oui et puis si tu veux pas, je vais pas te laisser le choix en faite. Alors ? » 

Alors j’ai pas eu le choix et quelques années plus tard, je lui en suis reconnaissante. Mon petit corps qui m’a fait prendre conscience que je n’étais pas faite pour me détruire mais au contraire pour essayer de vivre le plus possible ! Je le remercie tous les jours. 

C’est comme si on vivait sur une boule à facette

 Je pense qu’il est nécessaire d’aller découvrir ce qu’il se passe autour de nous. Voyager nous permet d’agrandir notre vision du monde. Comment est-il possible de se faire une opinion de ce qu’il se passe autour de nous sans aller voir. Les voyages nous font grandir. 

Je suis fascinée par la diversité des cultures et des paysages qu’il existe sur notre terre. C’est comme si on vivait sur une boule à facette et je trouve ça merveilleux. Rien que d’y penser j’ai envie de refaire mon sac ! J’ai l’âme d’une exploratrice et j’aime ça plus que tout.

Dépendre le moins possible des autres

 Depuis longtemps j’ai envie de m’acheter un van, j’ai même passer le permis uniquement pour ça. Mais acheter en acheter un maintenant, ou j’habite, c’est pas une super idée. Alors pas grave, je loue ! Je n’ai jamais été fan du faite de rester au même endroit trop longtemps. Quand j’ai fais le tour j’ai envie d’aller voir encore plus loin ! Voyager de cette façon c’est ce qui me convient le mieux. Une véritable liberté. Dépendre le moins possible des autres, j’en ai rêvé pendant longtemps. Maintenant je le fais. Seul petit inconvénient quand tu loues un van il faut savoir que tu peux le conduire qu’avec deux ans de permis.. Tant pis c’est Michel qui conduit ! Même si j’ai très envie de conduire, ça n’enlève rien au bonheur que j’ai d’être à bord de TOMY – le nom de mon chien que j’avais eu pour mes 7ans. RIP Tomy, tu vis toujours.

Bardenas, Spain
Saint Engrace, France
Bardenas, Spain
La Pierre Saint Martin, France
Slider

      Faut pas croire, on se dispute sur le choix des routes, sur où s’arrêter.. Et oui voyager comme ça demande aussi d’améliorer sa communication. C’est plus qu’une voyage c’est à chaque fois une manière de se découvrir soi même, l’autre et le monde.


previous arrow
next arrow
Slider

Je sais que le porte monnaie de chacun ne nous permet pas à tous de voyager de la même manière. Mais avant de pouvoir le faire ou si tu ne peux vraiment pas, parfois il suffit de regarder autour de soi. Ils nous arrivent de mettre les vélos dans le RER pour aller à une heure de Paris dans la fôret de Rambouillet. L’évasion fonctionne. Même si les voyages au bout du monde font rêver, commence par découvrir autour de chez toi. Pas forcement loin mais plus souvent. Et surtout essayer de regarder à chaque fois le paysage comme si tu ne le connaissais pas. On a qu’une vie et elle passe vite. 

LOVE XX


On a loué Tomy juste à côté de Biarritz, chez We Van. 

WE VAN 

Christophe Wattel 

+33 (0) 559 704 581

+33 (0) 664 544 652 

360 chemin de l’Arriou

40440 ONDRES



Dans la même catégorie

29 avril 2019


11 avril 2019